Utilisation des compléments alimentaires pour les chiens

 In Vétérinaire

L’article ci-dessous est basé sur un article de la FEI (Fédération Equestre Internationale) publié sur son site internet :
http://inside.fei.org/system/files/FEI%20Warning%20re%20Supplement%20Use%20-%2019%20December%202015_0.pdf
et repris par l’IFSS. L’article de la FEI est très utile, même dans le cadre de l’IFSS. L’IFSS espère que l’autre fédération sportive associée à des animaux pardonnera cet « emprunt ».

Avertissement de l’IFSS concernant l’administration de compléments aux chiens
L’article 2.1 des règles anti-dopage pour les chiens pratiquant les sports de traineau dit :
« C’est le devoir de chaque athlète de s’assurer qu’aucune substance interdite entre dans le corps de son chien ».
Les athlètes et propriétaires de chiens doivent savoir qu’il n’est pas inhabituel pour des compléments, remèdes à base de plantes, snack, etc. fournis par l’industrie alimentaire canine ou sur internet de contenir des substances interdites ou des substances sous contrôle qui ne soient pas mentionnées sur les étiquettes. Il est possible aussi que ces substances interdites ou sous contrôle soient contenues dans des proportions différentes de celles indiquées sur les étiquettes ou que le produit utilisé ait été contaminé par inadvertance par une substance interdite ou sous contrôle. Il n’y a aucune garantie que la liste des ingrédients sur les emballages des compléments, remèdes à basse de plantes, snack, etc. soit exacte. Ces produits ne sont pas soumis aux mêmes règles et contrôles que les produits pharmaceutiques. L’IFSS a aussi découvert que certains compléments peuvent être listés avec certains ingrédients sur Internet alors que l’étiquette sur le produit indique des choses différentes.
Dans le passé, il y a eu des cas de chiens auxquels des compléments, des remèdes à base de plantes, snacks, etc. ont été donnés qui ont été contrôlés positifs en raison de l’absorption de tels produits. Les athlètes et les propriétaires de chiens sont responsables de ce que leurs chiens absorbent et donc responsables des substances trouvées dans les échantillons fournis par leurs chiens. Un produit contaminé ne pourra excuser un test anti-dopage positif et les sanctions seront imposées comme prévues dans les règlements.
Les athlètes et propriétaires de chiens ont la responsabilité d’essayer de prendre toutes les mesures nécessaires pour vérifier les ingrédients des médicaments et compléments qu’ils choisissent de donner (ou ont donné) à leurs chiens. Les athlètes et les propriétaires de chiens ne devraient jamais acheter (ou avoir acheté) des compléments de sources sans réputation. L’IFSS n’a pas la possibilité de vérifier ou de déclarer qu’un complément est OK, et, d’autre part, il est bien connu que la composition peut varier d’un pays à l’autre, et même d’un lot à un autre.
Lorsque des compléments sont donnés à un chien, l’IFSS recommande de conserver dans un cahier la liste des compléments administrés aux chiens avec des détails tels que la date administrée, la quantité, le lieu de l’administration, le nom officiel du produit et le numéro de lot concerné.
Un athlète ou un propriétaire de chien qui utilise des compléments, des remèdes à base de plante, snacks, etc. pour ses chiens le fait à ses propres risques de commettre une infraction aux règles anti-dopage.
Les athlètes et les propriétaires de chiens devraient toujours s’assurer d’exercer la plus extrême attention et le meilleur jugement dans l’utilisation des produits.
L’IFSS est préoccupé par ce qui semble être une tendance de mode en augmentation concernant l’administration aux chiens de beaucoup de compléments. D’un point de vue vétérinaire, la majorité des chiens de traineau suivant un programme d’entrainement approprié, une bonne stratégie d’alimentation et un planning de vaccination et de vermification prescrit par leur vétérinaire n’ont pas besoin de beaucoup de compléments.
En fait, l’utilisation importante d’électrolytes et de certaines vitamines peuvent avoir des effets négatifs sur les chiens.
L’IFSS recommande de consulter votre vétérinaire si vous pensez que vos chiens courent en dessous de leur performance habituelle. Les vétérinaires sont naturellement vos meilleurs guides.
Il est aussi conseillé aux athlètes de s’assurer que toutes les personnes les aidant soient informées des risques à donner des compléments, remèdes à base de plantes, snacks, etc. à leur chiens et agissent en conséquence. Soyez aussi conscient que les compléments et snacks à destination des athlètes humains ou des aides peuvent être avalés par les chiens s’ils sont laissés à leur portée.
Le message de l’IFSS est : « DANS LE DOUTE, NE PAS DONNER A VOTRE CHIEN »
Bernard Pépin
Chargé de mission anti-dopage

Les remarques de Delphine CLERO, vétérinaire fédérale:
Eléments essentiels à retenir :
– Un complément alimentaire doit toujours être administré en connaissant sa composition, et les objectifs de son action. Se fournir auprès d’un laboratoire certifiant l’origine de ses matières premières est essentiel ;
– Ne pas se dire « c’est de la phytothérapie ou de l’homéopathie : donc c’est bon » : le métabolite (c’est à dire la molécule crée dans l’organisme qui permet son activité) peut-être à l’origine d’un contrôle positif (ex : harpagophytum), il peut y avoir une base alcoolique…
– Ne pas se fier aux allégations sur l’étiquette ! (rien n’interdit d’écrire « pour le chien sportif » sur un produit contenant de la caféine).
– En ce qui concerne les produits humains, attention à la caféine ou la théobromine (présentent dans le chocolat) qui ne sont pas contrôlés chez l’humain mais dopants pour le chien
– Il est possible en France, de demander un contrôle auprès du laboratoire des courses hippiques. Pour cela, il faut donner la composition spécifique du complément alimentaire utilisé, et le laboratoire recherchera les traces de ces produits (s’ils sont interdits) ou de ses métabolites. Ce test n’est donc pas là pour rechercher des traces de contaminants alimentaires ! Elle permet de vérifier qu’il n’y a pas un métabolite du produit utilisé qui entraîne un contrôle positif (ce type de contrôle est donc essentiellement utile pour ceux qui utilisent des compléments homéopathiques ou phytothérapeutiques)
– N’oubliez jamais qu’un humain ou un cheval transpirent contrairement à un chien. Les électrolytes destinés à ces deux espèces sont donc dangereux pour les chiens car bien trop riche en ions (d’où un appel d’eau depuis l’intérieur des cellules vers le milieu sanguin pour diluer cet excès d’ions).

Recent Posts
0