L’homme du mois : Emmanuel HENRY

Emmanuel HENRY

Bike-joring, Huksys

Sponsors : OUT DOG, ROYAL CANIN, PRISM OFF ROAD

Qui es-tu? Peux-tu te vous présenter en quelques mots ?
Originaire de la région de Nîmes, je suis sur la Région Rhône Alpes depuis 10 ans. Agé de 37 ans, je suis un passionné de sports outdoor et de montagne ! Je pratique de nombreux sports en relation avec cet univers comme le VTT, la randonnée alpine, l’escalade, le ski de rando,… Pendant de nombreuses années, j’ai pratiqué le VTT et le Cyclisme sur Route en compétition de haut niveau en France et à l’étranger. Le VTT est ma passion principale. Ma pratique a un peu évolué ces dernières années, notamment depuis ma fin de carrière sportive, il y a 5 ans. Désormais, j’ai une pratique orientée All Mountain, à la recherche du meilleur sport et de la plus belle trace !

À quel âge es-tu arrivé dans le mushing ? Comment as-tu découvert cet univers ?
Je suis arrivé dans le mushing seulement depuis 4 ans. Dès l’acquisition de ma première chienne Husky, NANUUK, je voulais faire des activités sportives avec elle. Au début, je faisais des sports hivernaux (ski de rando, raquette,…).
Puis un jour, je suis allé sur la compétition de traineau à Méaudre. Ce fut l’occasion de rencontrer des personnes et notamment découvrir le matériel disponible chez Gens de la Montagne, pour les activités sportives. C’était le début d’une nouvelle pratique pour nous deux à l’entrainement.
Puis, en me renseignant un peu autour de moi, j’ai découvert mon tout premier Club situé en Ardèche. C’était le début de l’aventure en Bike-Joering ! Lors de ma première compétition, j’ai tout de suite accroché.
Depuis, j’ai augmenté le nombre de chiens et j’ai essayé de diversifier ma pratique : ski-joering et traineau.

Quel(s) type(s) ou race(s) de chiens as-tu et pourquoi ce choix?
Actuellement, j’ai 5 Husky de Sibérie. Comme beaucoup de propriétaire de cette race de chien, je suis attiré par celle-ci depuis mon plus jeune âge. Quand je venais en vacances dans les Alpes et que je voyais ces chiens, j’étais en admiration. Au-delà du physique, j’aime surtout le caractère du chien, cette vie de meute,…

As-tu commencé directement par la compétition ?
Pas vraiment. J’ai débuté par quelques sorties avec ma première chienne en rando et à l’entrainement, mais on ne se refait pas : j’ai une vraie âme de compétiteur…même si maintenant le résultat m’importe peu, c’est avant tout le plaisir. Je suis donc arrivé très vite à la compétition.
Après, je me suis renseigné pour avoir des Husky plus proches de ma pratique.
Par contre, dès que je suis au départ d’une course, avec ou sans forme, je me donne à fond pour mon chien.

Pourquoi avoir choisi ce sport ?
Ce fut tout naturel de pratiquer le Bike Joering après mon passé dans le VTT. Mais avant tout, ce qui me fait vibrer dans ce sport, c’est l’effort partagé avec son compagnon à 4 pattes ! J’adore l’effort physique mais le partager comme ça, c’est juste génial. Il y a également beaucoup de sensations quand les parcours sont ludiques et techniques, avec une vitesse assez élevée et un enchainement rapide des obstacles. J’affectionne d’ailleurs plus les parcours ludiques et techniques.

Chacun a des petites anecdotes à raconter, on a tous des souvenirs plus ou moins funs.
Quel est ton plus beau moment avec tes chiens? Et quel est le pire ?

De nombreux moments ont été vécus avec eux…

J’ai deux anecdotes assez fortes partagées avec eux. Tout d’abord, ma première vraie sortie en traineau qui fut splendide, avec des conditions idéales et des chiens géniaux…un rêve devenu réalité !
Ensuite, le Championnat d’Europe IFSS à Thedford, en Angleterre, s’est parfaitement déroulé pour Iako et moi. On était tous les deux en osmose dans l’effort et on sort deux magnifiques run. On termine second, mais c’était comme une victoire pour nous deux. Un week-end plein d’émotions fortes partagées avec lui…

Le pire moment, il y en a aussi beaucoup…en libre avec mon premier chien, avec un excès de confiance et la découverte de l’Husky dans les bois dans les Pyrénées en altitude…qui part tout seul découvrir les bois…seulement pendant 30 minutes mais elles sont longues les minutes dans ces moments-là. Ou lors de mes premières sorties traineau, sur pistes techniques, où tu essayes de comprendre comment tourne ce foutu traineau…(pourtant je fais du ski…) mais les chiens sont tops et quand tu tombes et que tu cries, ils s’arrêtent heureusement.

Iako, mon petit chouchou, c’est avec lui que tu réalises tes performances. Peux-tu nous parler un peu de lui ?
C’est juste un chien exceptionnel !! Il a seulement trois ans et malgré son « petit » gabarit pour un mâle, il a une énergie débordante… C’est un chien très speed, très proche de moi (trop parfois !). Dès qu’on se prépare, il est juste à fond. A peine le chenil ouvert, il est déjà dans le camion pour partir à l’entrainement ! Il en veut toujours plus, il faut d’ailleurs le gérer. Il a un gros cœur et se donne toujours à fond pour moi, juste pour mon plaisir !

Tu réalises de très beaux résultats avec lui. Comment expliques-tu ces réussites ? Quel est le “petit truc” en plus qui vous permet d’être au top ?
Généralement, j’essaye de me donner à fond dans tout ce que j’entreprends. Au début, j’ai beaucoup échangé avec des gens exceptionnels, musher ou autres. Après, ce n’est pas toujours facile avec toutes mes activités professionnelles, mais j’essaye de passer un maximum de temps avec tous mes chiens et à l’entrainement.
De nombreuses personnes m’ont également permis d’avancer dans cette aventure !
Pour moi, c’est une nouvelle discipline, et je ne suis pas seul. Donc, j’apprends tous les jours sur la relation avec les chiens, les soins, les méthodes d’entrainements pour eux,… Mais c’est justement ce que j’apprécie dans le sport, c’est une remise en question perpétuelle. On essaye d’avancer et de progresser !
Avec IAKO, notre relation est un peu différente. On pourrait dire que nous sommes fusionnels dans l’effort. Il me donne beaucoup dans l’effort, toujours à fond. On a appris à se connaitre tous les deux, et il comprend ce que je veux assez rapidement. Il est très intelligent.
De mon côté, je fais en sorte de tout donner pour le soulager ! Je pense que nous avons trouvé notre rythme…
Il n’y a pas vraiment de secret, ou un « petit truc » en plus (ou alors, je le garde pour moi 😉). On s’est juste bien trouvé tous les deux !

 

Merci Emmanuel pour le temps que tu nous as accordé!

Post Author: Michele Thevenon