Développement du Handisport : Les Essais de la Pulka par Francis Machecourt

 In FFST, Handisport

Les essais de la pulka

Outre la mise en place de l’épreuve tandem, nous n’avons pas perdu de vue la diversification des engins pour permettre aux personnes à mobilité réduite de retrouver (découvrir ??) les plaisirs de la glisse avec les chiens.

Je me suis dit que la prise en charge d’un attelage n’était pas à la portée de tout le monde et que pour une personne à mobilité réduite, c’est encore moins évident. Il fallait donc que nous trouvions une solution monochien ou deux chiens maxi qui permettrait comme le font beaucoup de cani randonneur ou cani crosseur de partager une activité avec son chien de compagnie (pour autant que celui-ci ait bien sur le gabarit requis).

Je suis donc parti de l’idée d’adapter une pulka grand modèle sur laquelle nous devions greffer un siège et des freins permettant d’assurer le pilotage et la sécurité du passager et du chien. Mon choix s’est porté pour des raisons de coût sur le modèle « snowsled expédition » commercialisé par « Aventure nordique ». Prix raisonnable et poids de 4 kg4

Questionnés les commerciaux m’ont assuré que le modèle avait été utilisé chargé à 100 kg en kite-ski et que l’on devait pouvoir s’en servir derrière un chien. Dans le doute avec un copain prof de mécanique au lycée de Bastia on a préféré fabriqué un berceau sur le quel toutes les contraintes sont renvoyées (siège mais aussi ligne de trait et axe de rotation des freins).

Ceci nous a conduit à traverser le fond de la pulka avec des boulons poêliers. Nous avons fait le pari que l’épaisseur des renforts suffirait pour que la glisse ne soit pas affectée. Ca s’est avéré exact sur piste damée mais sur neige « sauvage » la pulka n’avance pas avec un seul chien. (le poids du testeur y est peut être pour quelque chose)

Pour les freins nous avons entaillé les rebords supérieurs de la pulka, nous avons fait passer les leviers dans ces entailles et au bout de ces leviers nous avons tout simplement monté des freins de traîneau. Comme je l’ai dit l’axe de rotation est pris sur le berceau alu. Ca a été un peu galère pour trouver l’angle qui permet un freinage efficace mais sans frottement résiduel en progression. Mais ça fonctionne. La dissociation des deux freins donne une facilité de pilotage en virage très agréable.

L’utilisation par les copains paraplégiques reste malgré tout un peu délicate parce que sur le petit siège que nous avions monté le manque d’abdo est un vrai souci. Nous n’avons pas eu le temps de faire les essais avec les sièges utilisés sur les traîneaux tandem.

Pour ma part j’ai fait une ballade d’environ 5 km sur la piste ski-jo de Bessans avec un seul chien relativement peu entraîné (la température en Corse en début d’hiver ne nous a pas permis un programme significatif). Il est arrivé assez frais mais j’ai du me lever deux fois. Une fois pour remonter d’une dépression un peu longue et une fois pour une relance en montée après une épingle sévère. Même si l’on fait la part du manque de maîtrise de l ‘engin lors de ces premiers essais je pense que la ballade en solitaire restera aléatoire pour une personne à mobilité réduite qui ne peut pas se lever. Par contre une sortie familiale ou avec des amis qui pourront donner un coup de main devient possible. Reste à espérer que les stations jouerons le jeu, comme Bessans, l’a fait en nous autorisant à utiliser la piste de ski Jo.

Le chien était mort de rire à l’arrivée…

Recent Posts
0